Des agences bancaires moins nombreuses… mais spécialisées

Les relations entre les clients et leurs banques évoluent… Et ces dernières s’adaptent. Dernier exemple en date, la Société Générale, qui annonce vouloir spécialiser ses agences et en diminuer le nombre.

La déclaration choc de la Société Générale dans le journal “Les Échos”, qui annonce la fermeture d’ici 5 ans de 20 % de ses agences, soit 400 points de vente, traduit une tendance de fond dans le milieu bancaire.
A l’instar de la Société Générale, les banques françaises ajustent leur présence sur le territoire à l’évolution de leurs relations avec leur clientèle.

L’hégémonie de l’économie numérique

La fréquentation des agences baisse en effet au profit des opérations bancaires via internet. Selon “Les Échos”, 17 % des clients se rendaient en 2014 dans leur agence plus d’une fois par mois, contre 62 % en 2009.
On retrouve cette même tendance à la Société Générale où 42 % des clients se rendent dans le mois à leur agence, contre 57 % en 2007. Cette tendance s’inscrit dans la durée. La Caisse d’Épargne prévoyait par exemple début 2014 une baisse de 30 % de la fréquentation à l’horizon 2017.
En parallèle, les transactions bancaires via internet ne cessent de croître. A la Société Générale, ce sont ainsi 98 % des virements qui se font en ligne.
Du côté des paiements, l’heure est aussi à la dématérialisation, avec les encouragements des pouvoirs publics. L’accroissement du nombre de distributeurs automatiques marque le pas et il y a de moins en moins de retraits d’argent liquide.

Des agences plus spécialisées

Le nombre d’agences bancaires – 37 000 actuellement en France – va donc diminuer, mais les banques n’abandonnent pas pour autant le terrain.
Tous les services bancaires ne suivent en effet pas la même tendance et les banques comptent bien renforcer et mieux rentabiliser les services qui perdurent.
La Société Générale prévoit ainsi de déployer en zone urbaine 3 types d’agences : des espaces « libre-services », des agences avec des conseillers généralistes et enfin des agences regroupant des conseillers généralistes et spécialisés. Mêmes orientations stratégiques chez BNP Paribas, qui a annoncé fin 2013 une spécialisation de ces agences suivant 3 axes : celles réservées aux transactions basiques, les agences dédiées aux opérations nécessitant une expertise et enfin celles réunissant tous les métiers.

Les salariés aussi

Ces mutations ont des répercussions sur les salariés des banques. Après les embauches massives des années 80, le secteur est en effet réputé être en sur-effectif. Selon le porte-parole de la Société Générale, la transition devrait cependant se faire en douceur, grâce au volume naturel de départs à la retraite. Le recrutement de conseillers spécialisés et la formation des salariés restent néanmoins un enjeu important pour l’ensemble des banques. La Société Générale a ainsi distribué 80 000 tablettes à ses salariés.

Sur le même sujet

Lire

L'article

Les bonnes raisons pour changer de banque Le July 11, 2017 à 6:41
Lire

L'article

BNP Paribas fait l’acquisition du Compte-Nickel Le May 3, 2017 à 5:56
Lire

L'article

Monabanq : ouverture du service dédié aux clients sourds et malentendants Le March 22, 2017 à 0:23