DOSSIERS BANQUE

Réagir à une fraude

Même si les fraudes sur un compte bancaire ne sont pas très répandues, elles existent et il convient de savoir les identifier et réagir en conséquence. Vol de carte ou de chèque bancaire, imitation de signature, prélèvement non sollicité, les motifs de fraude sont divers et variés.

Tour d’horizon de la fraude par carte bancaire

La Banque de France a mis en place un observatoire des fraudes à la carte bancaire, qui a révélé, en 2008, que le taux de fraudes enregistré était de 0,069%. Face à cette situation stable (0,062% en 2007 et 0,064% en 2006 et 2005), l’étude a quand même noté une hausse de 117 à 130 euros du montant moyen de la fraude. Si les pourcentages relevés sont très faibles, ces transactions frauduleuses représentent tout de même 342 milliards d’euros (2009) !!!  

De son côté, la filiale du Groupe Crédit Agricole FIA-NET a mis en évidence un accroissement « non négligeable » des tentatives de fraudes. Filiale créée pour instaurer un climat de confiance pour le e-commerce, FIA-NET recense 1 700 sites, avec plus de 17 millions de transactions analysées. En 2009, la société a observé sur son panel 450 800 tentatives de fraudes portant sur un total de 86 millions d'euros. Même si la plupart se sont soldées par un échec, FIA-NET note un professionnalisation des fraudeurs, œuvrant désormais majoritairement en réseau et une généralisation des secteurs touchés – informatique, électronique, téléphonie, mais aussi, mode et textile.

La fraude concerne aussi bien les cartes bancaires que les cartes délivrées en magasin et touche davantage les pays n’utilisant pas le standard Europay Visa Mastercard (EMV) – créé pour renforcer la sécurité des transactions par carte.

Les techniques de fraudes : Skimming, phishing, usurpation d’identité…

La technique du skimming consiste à équiper un distributeur de billets, associé à un réseau bancaire, d’une fente d’insertion de carte bancaire modifiée, qui copie les informations de la bande magnétique de la carte à l’insu de l’utilisateur. Parfois, une caméra permet de recueillir également les codes secrets. Une fois dupliquée, la carte obtenue est, en tous points, identique à la vôtre.

L’hameçonnage ou phishing est également  très répandu.  Cette fraude consiste à vous faire croire que votre banque vous demande, par email, de donner votre mot de passe ou numéro de carte de crédit ou encore votre date de naissance …, pour un faux motif mais qui peut paraître crédible.

Les banques expertes en matière de sécurité

Face au développement, modeste mais réel, des techniques de fraudes, les banques réagissent et apportent aujourd’hui des conseils judicieux en matière de sécurité Internet. En effet, avec le développement des sites e-commerces, il s’agit aujourd’hui de pallier l’angoisse d’un paiement en ligne.

Parallèlement aux réflexes à encourager lorsqu’on opère en ligne, en vérifiant par exemple, la date, l’heure et le lieu de sa dernière connexion ; ou dans la rue, en n’utilisant pas les distributeurs qui semblent démontés ou d’aspect peu engageant, les banques développent des micro-sites complets dédiés à la sécurité en ligne.

Ainsi, vous pouvez consulter le site de BNP Paribas qui inclut des infos, des questions / réponses et des dossiers « sécurité » ou encore celui du Crédit Agricole, qui met en avant cinq règles de bon comportement.

Conduite à tenir si vous êtes victime d’une fraude

Face à un paiement réalisé par carte bancaire sur votre compte, mais qui n’est pas de votre fait, il faut avertir tout de suite votre banque et lui adresser conjointement une réclamation écrite. Puis déposer une plainte auprès de la gendarmerie et transmettre celle-ci, le plus rapidement possible à votre banque.

Pour un prélèvement non sollicité, portez plainte contre X pour vol de données bancaires et usurpation d’identité, puis envoyez à votre banque une lettre recommandée avec accusé de réception contenant une copie de la plainte.

Pour le vol d’un chèque, prévenez votre banque. Si le chèque est signé, il s’agit d’un faux chèque ; la banque a eu tort de l’encaisser et se trouve dans l’obligation de vous restituer le montant prélevé. Si la somme indiquée a été modifiée, il s’agit d’un chèque falsifié entraînant normalement un dépôt de plainte pour « faux et usage de faux » au commissariat. 

Dans tous les cas, il est vivement conseillé de réaliser toutes ces démarches le plus rapidement possible afin d’éviter la récidive et permettre aux banques d’être à la fois alertées du préjudice et prendre les mesures qui s’imposent.

Comparatif des banques en ligne
Nos derniers dossiers sur l'Epargne
Voir tous les dossiers Banque